dimanche, mars 26, 2006

Huancacho

Avant de rentrer dans notre beau pays après ces quelques mois de tribulations, ca va peut etre vous paraitre bizzarre, mais on s'est pris une semaine de "wouacances".
Oui, sans rien faire.
Sans demenager tous les jours,
sans bus,
sans sac a dos...
Juste de quoi se reposer les yeux...
et c'etait pas mal !









Les pecheurs de Huancacho
Avec des vagues de 2 a 5 metres de haut qui cerclent le port, les pecheurs ont des bateaux un peu speciaux...
Pas de chaluds, ca passe pas !
























Le surfeur d'Alsace,
qui assure avec style !

Ma pomme s'est contentee de surfer gentiment a plat ventre...








Bye bye le Perou.
Hastaleugo !

L'oasis de Huacachina...

L'oasis de Huacachina...
"c'est bon, c'est bon, tout le monde aime ca" - la chaleur me ramolli agreablement le cerveau et de vieux tubes de Carlos me montent a la tete,

desolee - il y en a qui vont l'avoir dans a tete toute la journee - vous me suivez toujours ?
Non, c'est pas grave...




Une petite mousse apres l'avion qui nous a balades aux dessus des lignes de Nazca... chez LA specialiste de l iconographie des geoglyphes qui nous a fait manger des fruits locaux tous pas comme chez nous. miam !

























On saute dans un taxi collectif chevrolet - c'est la fete !














Et c'est parti pour l'oasis de Huacachina !



















Nous y voila! Petits rien(s) au milieu des dunes... au bord de l'eau du milieu du desert (?)















Au sommet de la dune... un village improbable en arriere plan.





Du sable a perte de vue...
Il y a tout au Perou !
Mer, montagne, desert... tout !

Les lignes de Nazca

Le long du Pacifique,
dans la Pampa,
autant dire le desert,
il y a des lignes qui courent sur le sol,
des lignes dessinees par les hommes il y a + de 2000 ans,
des lignes qui pour certaines font 10 km de long,
des lignes qui dessinent des formes,
des lignes qu on voit tres bien du ciel, pas tres bien du sol,
des lignes qu on explique tant bien que mal...
Les geoglyphes de Nazca

















Un petit tour d'avion pour prendre de la hauteur...
dans la chasse a la ligne.

















Survol de la pampa de Nazca et de ses rios, qui, de + en + forts d'annees en annees, emmenent avec eux un peu des lignes a chaque crue.




Grand jeu concours Nazca:
Des photos suivantes, reconnaitrez vous:

l'homme
le perroquet
le singe - avec sa queue enroulee
le colibri

Gagnez votre poids en sable de la pampa- euh, va falloir que j'organise - ca... Bon, on n'aura qu'a dire que le magazine a ete rachete par un grand groupe, i tout...

















Oui, oui, cui-cui, vous brulez - fatalement ici...










N'oubliez pas que, ah!ah! si vous double-cliquez sur chaque image, elle s agrandit et on y voit + clair...
mais je reconnais que les figures ne sont pas si nettes.
Elles s'erodent d'annees en annees, elles ont beau etre inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco... ca change pas grand chose car il y a des gens et des voitures qui marchent dessus.














Mon prefere...













Z'avez-vu ?
En fait,elles etaient dans l ordre indique.




















Meuh non, c'est pas le singe,
c'est ma pomme dans l'avion!

lundi, mars 20, 2006

Le Machu Pichu !!!

Et voila, l arrivee au Machu !
Pas decus du tout...
et pourtant la barre etait haute apres toutes les belles choses qu on a eu dans les mirettes, et apres ce que tout le monde dit sur lui!






Une ville inca perchee au dessus dún rio fou vers le XVe siecle.

Une ville qui est a la fois un temple, un centre administratif, un grenier a ble, une residence de pouvoir, sans qu´aucun histoirien ne puisse reellement dire ce que c est...









Le site a ete abandonne apres la conquete espagnole qui a detruit la civilisation et l´empire Inca - choc bacteriologique incroyable.
En 1911, un americain a redecouvert le site lors d´ une expedition - on n'arrive pas au Machu Pichu par hasard, c est pour le moins, euh, isole...









On imagine que l´etat de conservation relativement bon ne serait pas ce qu il est si les espagnols avaient decouvert le Macchu. Sans doute ils l auraient detruit pour en utiliser les pierres et le reste et assoir symboliquement leur pouvoir naissant comme ils l ont fait dans d autre sites.

Moralite, comme les incas l ont garde secret a la conquete espgnole, comme les espagnols ne l'ont pas decouvert, ils n'ont pas rassemble d'informations a son sujet, contraitrement a d'autres sites incas...

Bref, Macchu = Mystere











Entre jungle et montagnes verticales












vendredi, mars 17, 2006

Le chemin de l Inca II... a l approche





Sur le chemin, une petite pose dans un bled doux et tranquille.
Charles repond a la question :

c'est ou la France?¨
-''en Europe'',

-''et c'est ou l Europe?'',
et la, on sort la carte... pour un petit cours de geo en plein air.












Ici, les petites filles se font des bracelets avec des bouts de ballons gonflables - les globos - qui servent de bombes a eau pendant Carnaval.










Christian, un petit gars du coin, pas farouche devant l appareil.

















Un petit pont de fil sur lequel cheminent Charles et Genghis.













Le camion qui nous emmene en vrac vers le Machu













Genghis et une nacelle de jour... pour traverser encore le rio.











Un morceau de marche de 2 heures pour notre avant derniere etape... le long de la voie de chemin de fer.

Le chemin de l Inca I ... cote jungle

Le chemin de l Inca permettait d acceder au Macchu Pichu en traversant les montagnes vertigineuses en 3-4 jours de marche.

Notre guide, rencontre dans les rues de Cuzco, s appelle... Genghis Khan - c est pas des blagues, j ai vu sa carte d identite... (Attila etait en recup, on fera le Puy du Fou avec lui le 15 aout)
Il nous fait faire le chemin de facon a ne pas rencontrer de touristes, dit-il...
en passant par le cote jungle...

Et c est parti avec 2 pulls, 1 duvet et une brosse a dents...

car Genghis a dit ¨il faut marcher leger¨.
On a compris pourquoi... apres...
















Et en voiture !
Pour 8 heures de bus avant de rejoindre la jungle...








Depuis le temps qu on les prends... sans les montrer, voici un bus local bonde, on voit pas, mais il y a tout pleins de gens assis par terre - sur un trajet de 8 heures sur des routes de montagnes en terre, c'est confort...pour ceux qui sont assis par terre...











Et voila...
on marche pour 8 huit heures dans la jungle,
dont 5 heures de nuit.
















La selba, autrement dit, la jungle.



Le rio tumultueux que nous suivons...

jusqu au MachuPichu.

Nous deux - comme le magazine, mais devant le chemin de l Inca, accroche au flan de la montagne, juste derriere ma caboche.

Une halte devant le fourneau d une petite cuisine locale au milieu de la jungle avant de reprendre la marche de nuit.

Ici aussi, il y avait des cochons d Inde courant dans la cuisine pour etre en forme avant d etre manges...

La traversee du Rio fou, de nuit, dans une nacelle suspendue a un cable.

1 On se jette dans la nacelle en la poussant au dessus du vide... burps.

2. On se laisse aller avec le poids jusqu au milieu du rio: La, la nacelle stoppe. On reste calme.

3. On tire sur la corde pour franchir la deuxieme moitie du rio qui fait toujours ¨´Chpruuucchh´´, comme si on ouvrait 52 000 bieres en meme temps, mais avec + de mousse.

Voici la chose de jour.

Le rio, c est comme dans les westerns qui fichent la trouille ou il s traversent avec les chevaux, et meme que, souvent, les mechants sont emportes par le courant alors que les gentils arrivent a passer sans noyer les chevaux...

comme nous.

Agua caliente. Le lieu de notre campement, au bord des eaux thermales chaudes qu on a eu a nous tous seuls...

ou on s est baignes tres tot, euh, parceque notre tente etait pas etanche...

pas facile tous les jours d etre des aventuriers de l extreme. On attrappe meme des rhumes...

L Emmagua caliente...

Camiones...

Les camions des ninos...











Ceux en plastique,
qu´on achete,
et qui vont dans l eau.











Ceux fabriques par Papa avec des vrais bouts de camions de grands et qui font + vrai que vrai.

Vallee Sacree...Vallee verte







Les cultures de la vallee, travaillees a l áraire et a la mano.
Avec toujours des gens dans les champs. Quand il pleut, il s abritent patiemment a croupi sous des sacs de toile, en attendant le re-beau ou le moins-pluvieux...













Les patates... et les patates









Le tout vu de taxi.
Antonio, notre chauffeur, nous emmene a Cuzco, et doit lacher 2 soles de backchich a la polizia, parceque si tu ne payes pas, c est beaucoup plus long...